Editorial de l’Arche



 

La veille de Noël, l’Enfant Jésus sera posé dans la crèche. Le pape François a écrit récemment que « le merveilleux signe de la crèche, si chère au peuple chrétien, suscite toujours stupeur et émerveillement. Représenter l’événement de la naissance de Jésus équivaut à annoncer le mystère de l’Incarnation du Fils de Dieu avec simplicité et joie. La crèche, en effet, est comme un Évangile vivant, qui découle des pages de la Sainte Écriture. C’est vraiment un exercice d’imagination créative, qui utilise les matériaux les plus variés pour créer de petits chefs-d’œuvre de beauté. On l’apprend dès notre enfance : quand papa et maman, ensemble avec les grands-parents, transmettent cette habitude joyeuse qui possède en soi une riche spiritualité populaire. »

Notre intelligence limitée n’arrive pas à concevoir l’immensité de l’univers : sa taille, son âge, sa complexité. Et voilà dans la crèche celui qui a créé tout cela, « celui qui était au commencement auprès de Dieu, c’est de lui que tout est venu à l’existence et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui » (Jn 1).

Des représentations de la Nativité remontent aux premiers siècles et des mosaïques de la Basilique de Sainte Marie Majeure ont fortement impressionné saint François. Le génie du Poverello, c’était de transposer l’image de la Nativité en une scène à trois dimensions.

Prenons donc le temps de nous poser devant la crèche, à la maison ou à l’église, pour contempler la scène. C’est un moment privilégié pour faire l’expérience de la prière de contemplation et d’émerveillement et pour permettre au cœur de dire des paroles d’amour à l’Enfant-Dieu.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Le premier janvier est la solennité de Marie Mère de Dieu. Voici ce qu’en dit le Catéchisme de l’Église Catholique :  

(n. 495) : Appelée dans les évangiles « la Mère de Jésus », Marie est acclamée, sous l’impulsion de l’Esprit dès avant la naissance de son fils, comme « la Mère de mon Seigneur ». En effet, Celui qu’elle a conçu comme homme du Saint-Esprit et qui est devenu vraiment son Fils selon la chair, n’est autre que le Fils éternel du Père, la 2ème Personne de la Sainte Trinité. L’Église confesse que Marie est vraiment Mère de Dieu.

La solennité de Marie Mère de Dieu nous invite à contempler le rôle de Notre Dame dans le mystère de la Rédemption. Saint Irénée la compare à Eve, mère des hommes. Marie est mère de tous ceux qui naissent à nouveau par le baptême. Confions-lui notre désir de vivre notre foi dans la joie et dans la fidélité.

Père Dónal

 

 


 

Les commentaires sont fermés.