Editorial de l’Arche

 

O Roma felix !

 

Pèlerinage à Rome de la paroisse saint Wandrille du Pecq octobre 2017
La nuit tombe sur la place saint Pierre

O Roma felix – O Roma nobilis.
Sedes es Petri, qui Romae effudit sanguinem,
Petri, cui claves datae sunt regni caelorum

O heureuse Rome, o noble Rome,
tu es le siège de Pierre, qui a versé son sang à Rome,
Pierre à qui ont été données les clefs du royaume des cieux …

Gounod a écrit sa « Marche pontificale » en 1869 et les citations pétriniennes de l’Écriture qui en constituent les paroles ont été ajoutées en 1950 : malgré un parfum un peu désuet, le résultat parle au cœur de tous les pèlerins qui ont la chance de venir à Rome, « videre Petrum », « voir Pierre », et prier sur la tombe des apôtres Pierre et Paul.

Une chronique du Jubilé de 1300 illustre cette joie du pèlerin qui approche de la Ville :
« À pied, à cheval, en char, les vieux sur les épaules des jeunes, des multitudes affluaient vers Rome depuis les villes et les pays les plus variés : de toute la Lombardie, France, Allemagne, Espagne, Sardaigne, Corse, pendant l’été torride, d’Angleterre (bien que moins nombreux à cause de la guerre) de Hongrie, d’Orient …
Et c’était des gens de toutes les conditions, de tous les ordres et toutes dignités. Il semblait que chaque jour, à chaque heure, une armée défilait sur la via Claudia.
Arrivés sur le Monte Mario (que les pèlerins préféraient appeler le Mons Gaudium, Colline de la joie, à la vue de la ville éternelle, les pèlerins se prosternaient, embrassaient la terre et s’exclamaient : Roma, Roma ! »

Si les chevaux et les chars sont moins d’actualité aujourd’hui qu’il y a sept siècles, la joie du pèlerin reste identique quand il voit apparaître à l’horizon le dôme de Saint-Pierre1.
C’est chargés des intentions de toute la paroisse que nous sommes allés prier sur la tombe des apôtres et que nous avons eu la joie de participer à l’audience avec le Pape François. Ce pèlerinage est l’occasion pour chacun, que nous ayons eu ou non la grâce d’aller à Rome, de renouveler notre prière pour la personne et les intentions du Saint-Père.
Dans la Ville éternelle aussi « tout finit par des chansons »2 et chacun sait chanter, avec une émotion toute romaine, l’hymne de la plus belle équipe de foot du monde ….

Grazie Roma che ci fai piangere abbracciati ancora
Grazie Roma, grazie Roma che ci fai vivere e sentire ancora una persona nuova.3

P. Henri du Vignaux

1La construction du dôme ayant été achevée en 1590, on comprend que les pèlerins de 1300 n’y fassent pas allusion dans leurs chroniques …
2Beaumarchais, Le mariage de Figaro, V, 19.
3Merci Rome qui nous fait pleurer et nous embrasser encore / Merci Rome qui nous fait vivre et sentir encore une personne nouvelle. (Antonello Venditti, Grazie Roma, 1982)

 

Les commentaires sont fermés.