Editorial de l’Arche

Entre deux années scolaires …

 

 

L’année scolaire touche à sa fin. Pour les enfants les « grandes vacances » commencent !

Pour la plupart d’entre nous, les mois de juillet et août marquent le passage d’une année à l’autre. Pour beaucoup cette période est synonyme de changement de rythme.

Cette pause estivale est un moment idéal pour faire un bilan de l’année écoulée et pour préparer celle qui commencera dès septembre. Pour certains les circonstances changeront notablement (déménagement, passage dans une classe supérieure, etc.) pour d’autres, notamment les plus âgés d’entre nous, tout recommencera à l’identique, comme l’année précédente.

Nous avons besoin de prendre un peu de recul. Le Pape François le rappelait dimanche dans son homélie de la Fête-Dieu avant la procession entre Saint-Jean-de-Latran et Sainte-Marie-Majeure :

« Dans la frénésie dans laquelle nous sommes plongés, beaucoup de personnes et beaucoup de faits semblent glisser sur nous (…) On tourne les pages rapidement, avides de nouveautés mais pauvres en souvenirs. On risque de rester à la surface, dans le flux des choses qui se succèdent, sans aller en profondeur, sans cette épaisseur qui nous rappelle qui nous sommes et où nous allons. »1

Avant tout, ne manquons pas de remercier le Seigneur pour toutes les grâces reçues pendant cette année scolaire. Certaines nous viennent immédiatement à l’esprit, mais il y en a aussi beaucoup d’autres dont nous n’avons pas même conscience. Sachons être des personnes reconnaissantes, sachons dire merci !

La transition estivale est aussi l’occasion de voir en présence de Dieu ce qui mériterait d’être amélioré dans notre vie chrétienne : sur le plan spirituel, en famille, dans notre activité professionnelle. Examinons-nous sur notre attention aux autres, notre disponibilité pour servir, etc.

Demandons-nous enfin si nous nous avons vécu tous ces aspects dans une unité harmonieuse, dans cette véritable « unité de vie » caractéristique du chrétien qui se sait fils de Dieu 24 heures sur 24 ; qui fait des activités les plus variées de sa journée, autant d’occasions de rencontres avec Dieu.

Le Pape François nous mettait récemment en garde contre le manque d’unité de vie :

« Les rigides de la double vie : ils se font voir tout beaux, honnêtes, mais quand personne ne les voit, ils font des mauvaises choses ». Il prenait l’exemple de saint Paul pour nous rappeler que nous pouvons toujours changer cela avec l’aide de la grâce : sur le chemin de Damas, Saul rencontre « un autre homme qui parle avec un langage de douceur : ‘Saul, Saul, pourquoi me persécuter ?’ (…) Et l’homme rigide – mais honnête – s’est fait enfant et s’est laissé conduire où le Seigneur l’a appelé. »2.

Portons toutes ces questions dans notre prière personnelle. Peut-être le Seigneur va-t-il profiter du calme de l’été pour nous inviter à être un peu plus généreux ?

On l’aura compris, il n’y a pas de « vacances » dans la vie chrétienne, bien au contraire, l’été peut-être l’occasion d’une véritable conversion.

Enfin, comme chaque année, ne manquons pas de rester attentifs à tous ceux qui n’auront pas la chance de pouvoir partir en vacances, les enfants bien-sûr, mais aussi les nombreuses personnes âgées des maisons de retraite de la paroisse.

Je vous souhaite un excellent été !

P. Henri du Vignaux

 

Pape François, homélie à Saint-Jean-de-Latran, 18 juin 2017.
Pape François, homélie à Sainte-Marthe, 5 mai 2017.

Les commentaires sont fermés.